Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
 Jazz-rhapsodie pour musique et philo

Penser ce qui devient, déchiffrer les signes, pour résister à la médiocrité nihiliste et produire une jubilation!...

aphorismes d'éthique hivernale

Publié le 2 Mars 2017 par Bernard Petit in Vivre et philosopher, Ethique et politique

De l'Ethique


"Sur l'avenir, tout le monde se trompe. L'homme ne peut être sûr que du moment présent... Mais est-ce bien vrai? Peut-il vraiment le connaître, le présent? Est-il capable de le juger? Bien sûr que non. Car comment celui qui ne connaît pas l'avenir pourrait-il comprendre le sens du présent?..." (Milan Kundera, L’Ignorance)

Peut-être que rien n'est plus trompeur que le présent! Peut-être que seul le présent est trompeur! Peut-être que l'errance est la seule vérité du présent!... Peut-être que le présent est le grand mythe de la (post-)modernité!...
*
 

Pour s'habituer à la variabilité permanente de tout le devenir, on devrait s'exercer à faire chaque jour quelque chose de volontairement inhabituel.

 

*

Leçon de vie : le plus appétissant n’est pas toujours le meilleur et le plus dégoûtant n’est pas toujours le pire ! (vaut pour l’aliment, l’amour, l’art, l’éthique…)
*
 
Dans l’histoire humaine, rien n’est plus ordinaire que le vol des idées, dans tous les sens du terme : les humains sont des voleurs et les idées sont volatiles. Le vaniteux cupide s’en plaindra, mais le sage humaniste s’en félicitera !...
*
 

Gardons -nous de pousser trop loin l'anti-humanisme, qui n'est le plus souvent qu'un humanisme idolâtré, puis déçu!...Et ne demandons pas à l'humanité plus qu'elle ne pourra jamais nous donner, de peur qu'elle se mette à tout nous refuser!...

*
 
On répète trop que l’expérience des autres nous serait inutile parce qu’on ne pourrait la reproduire : si c’était aussi vrai , elle serait aussi inutile à celui qui l’a faite, puisqu’il ne pourra la reproduire une 2e fois exactement, et il n’y aurait jamais aucune leçon de l’expérience. En vérité, « l’expérience n’instruit que des esprits préparés » (Claude Bernard), préparés à comprendre ce qui se passe dans chaque expérience. Autrement dit, l’expérience ne nous instruit que sous la condition d’une perception attentive, d’une mémoire fidèle et d’une raison directrice qui arrange le tout pour l’adapter aux nouveaux faits éventuels. Les connaissances transmissibles (par les médias de toutes sortes) ne sont au fond rien d’autre que la longue et complexe expérience humaine sédimentée par la suite des générations ; et ici, il y a peu de différences entre celles de la science et celles de toute tradition, dont les sciences les mieux vérifiées tirent aussi toute leur efficacité sociale.
 

Bernard Petit (02/03/2017)

 

 

Commenter cet article